Edito

Ne nous laissons pas troubler par la gesticulation si particulière d’une opposition municipale qui tente de se purifier de l’état de décomposition administrative, urbaine, culturelle, sociale, économique et patrimoniale dans lequel elle a laissé notre ville après une défaite électorale bien méritée.

Ensemble, ils ont peut-être la mémoire courte, ils sont peut-être simplement frappés d’amnésie ou considèrent peut-être même que les Audoniens ne sont que des simples d’esprit ayant déjà oublié ces années folles.

Avec près de 70 ans de gestion sans partage, ils font régulièrement le bilan de mes quelques mois aux commandes d’un navire qui prenait l’eau de toutes parts et au bord d’un naufrage annoncé, allant même jusqu’à me rendre responsable des trafics de drogue, pourtant présents sur notre ville depuis plus de 15 ans.

Je me dois de rappeler que notre dette est passée, de 2008 à 2014, durant la merveilleuse dernière mandature de Jacqueline Rouillon, de 80 millions d’euros à 165 millions, faisant ainsi le malheur des contribuables audoniens, qu’il a fallu inévitablement ponctionner fiscalement pour commencer à rembourser cette dette laissée en héritage.

En 2014, nous étions la deuxième ville la plus endettée de France. À partir de 2015, nous repassons à la troisième position et je ne désespère pas, en 2016, de redescendre encore plus dans ce triste tableau des villes les plus endettées.

S’il n’y avait que la dette qui pouvait justifier cette gestion malsaine, mais nous avons aussi tous ces beaux cadeaux empoisonnés. Notre belle patinoire, que tout le monde nous envie, notre stade Bauer flambant neuf, nos écoles… hors normes, nos centres de vacances tellement « vintage », notre centre technique municipal dernier cri qui fait la honte du service public, la nef de l’île-des-Vannes, véritable coquille vide mais parfois remplie d’eau quand il pleut, etc., etc.

Tellement de beaux monuments historiques si bien conservés faisant la fierté d’une ville et pouvant être utilisés correctement par nos administrés sans prendre aucun risque…

Un grand merci à vous, mesdames et messieurs de l’opposition d’aujourd’hui, mais surtout de la majorité d’hier, de me permettre, quand je me promène dans ma ville, de voir ce que vous avez laissé. À chaque coin de rue, je me pose la même question : « Qu’avez-vous fait de tout cet argent ? »

Ce qui est sûr, c’est qu’en faisant le malheur des Audoniens, vous avez fait le bonheur des banques. Alors, un peu de décence dans vos propos : il n’y a aucune insulte, invective ou provocation de ma part, sûrement de l’agacement, de l’écœurement, qui peut se transformer en colère audonienne face à celles et ceux qui ont été très longtemps, voire trop longtemps, aux affaires ou dans les affaires !

Ne nous faites pas, aujourd’hui, le coup du trou de mémoire après celui du trou dans les caisses !

Votre Maire signature {GIF}

Flash info
logo
Video

logo
Agenda
ecitoyen
Newsletter
Inscrivez-vous à notre lettre d'unformation
 
facebook   facebook
Audonien enchaine
Archives
Association
Plan du site
Contacts
Mentions légales
Liens