Edito

Pour la troisième année consécutive, nous avons travaillé avec l’ensemble de la majorité municipale à la lourde tâche qu’est la préparation, avec l’administration, du budget de l’année en cours.

Ce travail d’élaboration budgétaire est particulièrement complexe pour une commune comme la nôtre, qui cumule les handicaps d’une dette abyssale creusée au fil des ans par nos prédécesseurs, des dotations de l’État en perpétuelle baisse, d’un patrimoine communal délabré par des décennies de manque d’investissement et d’entretien, de nouvelles réglementations de mises aux normes obligatoires dans des délais très courts. Et maintenant, le conseil départemental du 93 qui amorce, sur le modèle de l’État, des replis budgétaires.

Face à une telle situation, seules deux alternatives existent : trouver en permanence de nouvelles marges d’économie, ou recourir à la hausse des impôts locaux.

En 2015, nous avons été contraints d’augmenter fortement les impôts fonciers et la taxe habitation. Ce choix fut difficile et lourd à porter, mais nous n’avions pas d’autre possibilité. Nous nous sommes engagés à maintenir ce cap sans augmentation supplémentaire jusqu’en 2020. Cela nous impose donc de trouver des sources d’économies supplémentaires sur les dépenses courantes pour parvenir des sources d’économies supplémentaires sur les dépenses courantes pour parvenir à un équilibre financier, alors même que nous nous devons de réhabiliter les équipements, d’entretenir certains autres et d’en construire de nouveaux pour nouveaux pour

Le budget de la Ville, c’est une somme d’arbitrages faits entre divers besoins exprimés par l’ensemble des services aux habitants (santé, éducation, sécurité, sport, culture, jeunesse, seniors, famille, rénovation des bâtiments, aménagement des espaces publics…) et, parmi toutes ces attentes légitimes, il y a l’obligatoire et l’accessoire. Avec mon équipe, nous avons pris la décision qui s’impose à nous sur nos obligations, réorienté des dépenses et basculé des lignes budgétaires pour trouver les meilleurs équilibres possibles.

Nous avons fixé des chantiers prioritaires, comme la construction d’un nouveau groupe scolaire en centre-ville, ou encore l’entretien et la restructuration des écoles car les bonnes conditions d’apprentissage et d’accueil des enfants demeurent notre principal objectif. Nous avons engagé les moyens humains et techniques pour réduire les incivilités, nous avons choisi de poursuivre les investissements médicaux dans les centres de santé et leur rénovation. L’accessibilité et la mise aux normes indispensables et obligatoires des bâtiments et équipements publics doivent être garanties.

En 2017, ce sont donc des investissements en hausse et une sobriété sur les dépenses quotidiennes. La politique paillette n’est pas, pour moi, une méthode de gouvernance pour se garantir un fonds de commerce électoral. Je mise sur l’intelligence et la responsabilité des Audoniens.

C’est à la fin de la mandature que je serai compris ou sanctionné mais, après trois ans de mise à l’épreuve, j’ai plutôt le sentiment que les choses avancent dans le bon sens !

Votre Maire signature {GIF}

Flash info
logo
Video

logo
Agenda
ecitoyen
Newsletter
Inscrivez-vous à notre lettre d'unformation
 
facebook   facebook
Audonien enchaine
Archives
Association
Plan du site
Contacts
Mentions légales
Liens